Constipation de l'enfant
imprimer

Constipation de l'enfant

La constipation est un symptôme fréquent chez l'enfant.
Il est difficile de donner une définition de la constipation. La fréquence des selles est variable chez un même enfant et d'un enfant à l'autre. Elle est également variable selon l'âge et selon l'alimentation (sein, biberon, alimentation diversifiée).

Les symptômes

Dans l'immense majorité des cas, l'intestin de l'enfant constipé est normal et la constipation est liée à des erreurs de régime, des erreurs dans l'éducation à la propreté ou des facteurs psychologiques.

  • Chez l'enfant nourri au sein : le nombre de selles est très variable. Si le bébé grossit bien et est en bon état général, pas d'inquiétude, il s'agit généralement d'une constipation au lait de mère.
  • Chez l'enfant plus grand :
    • un régime alimentaire pauvre en légumes et en fibres peut favoriser la survenue d'une constipation.
    • un apprentissage trop précoce ou trop insistant de la propreté par les parents se solde souvent par un échec et peut entraîner une constipation. Cette constipation risque de s'aggraver avec le temps si on ne laisse pas chaque enfant aller à son rythme.
    • La présence d'une fissure anale, elle-même entretenue par une constipation, peut aggraver une constipation de l'enfant en raison de la douleur intense qu'elle engendre lors de la défécation.
  • Chez l'enfant scolarisé : parfois, la constipation peut être en lien avec des toilettes scolaires sales, mal fermées, mal approvisionnées en papier ou encore à accès restreint. Ceci contraint les enfants à se retenir et ils se constipent.
Des mesures simples de modification du régime alimentaire ou d'éducation permettent généralement de faire disparaître la constipation ou de l'atténuer.
La constipation liée à une maladie sous-jacente est très rare. Le diagnostic est fait par un médecin et le traitement est celui de la maladie sous-jacente identifiée.

 

Le traitement

Le traitement de la constipation de l'enfant repose sur la rectification d'éventuelles erreurs de régime, des mesures diététiques et certains médicaments.

  • Chez le nourrisson :
    • Correction d'une erreur dans la reconstitution du lait en poudre.
    • Penser à augmenter l'apport en boisson (eau ou jus de fruit).
    • Attention : L'utilisation d'une eau riche en magnésium, parfois préconisée pour la reconstitution des biberons, ne doit pas être systématique car l'apport en magnésium est trop riche pour les reins des enfants et, par ailleurs, son efficacité sur la constipation est modérée.
    • Un changement de lait pour une formule « transit » peut être dans certains cas conseillé par le médecin pour une durée limitée.
    • Toute manœuvre destinée à obtenir une selle à tout prix, l'utilisation d'un thermomètre notamment, est à proscrire: elle peut irriter, voire blesser, l'anus de l'enfant.
  • Chez l'enfant plus grand :
  • La plupart des constipations cèdent lorsqu'on rectifie simplement le régime alimentaire :
    • Boire beaucoup d'eau.
    • Manger des légumes, des fruits, du pain et des céréales au son.
    • Boire un jus de fruit une fois par jour en privilégiant le jus de pomme, de poire ou de prune.
    • Eviter les aliments constipants tels que le riz, le chocolat, les bananes, mais également les sodas.
Lorsque la constipation résiste aux mesures diététiques, le médecin pourra prescrire un traitement médicamenteux à toujours associer aux règles hygiéno-diététiques :
  • Laxatifs à base de lactulose ou de macrogol. Ils doivent être donnés pendant plusieurs semaines (au moins 1 mois) pour être efficaces.
  • Traitement d'une éventuelle fissure anale : bain de siège et pommade cicatrisante.
  • Reprendre avec l'enfant les règles de fréquentation régulières des toilettes.
Les micro-lavements à l'aide de suppositoires de glycérine se font après avis médical. Toutes les manipulations ano-rectales sont à éviter.
Enfin il arrive que des problèmes psychologiques soient à la base de la constipation ou la compliquent. Dans ce cas, le traitement médical devra être associé à l'aide d'un psychologue pour enfant.

 

En partenariat avec : Le figaro santé

Ceci pourrait vous intéresser